Les disjonctions acromio-claviculaires

Définition

La clavicule relie le sternum à l’omoplate (scapula). L’articulation reliant la clavicule à l’omoplate s’appelle articulation acromio-claviculaire. La stabilité de cette articulation est assurée par un ligament acromio-claviculaire  et par 2 ligaments puissants reliant la clavicule à l’apophyse coracoïde (appartenant également à l’omoplate) : le ligament conoïde, et le ligament trapézoïde. Pour avoir une disjonction acromio-claviculaire, l’un ou plusieurs des moyens de stabilisation de la clavicule doivent être touches.

AC1

Circonstances de survenue / présentation clinique

Il s’agit le plus souvent d’un traumatisme direct sur l’épaule comme une chute de vélo ou un impact violent (rugby, judo, football, etc.). En fonction de la gravité de l’atteinte, c’est à dire en fonction du nombre de ligaments stabilisateurs rompus, la disjonction peut être plus ou moins importante.

AC2

Le traumatisme entraine une rupture des ligaments qui suspendent l’épaule aboutissant à un abaissement de la tête de l’humérus.

AC3

L’abaissement de la tête de l’humérus entraine une « bosse » qui correspond à la clavicule plus saillante sous la peau.

 

Traitement

Il dépend du déplacement de la clavicule. Des scores sont utilisés pour évaluer le déplacement de la clavicule comme le score de ROCKWOOD, chaque niveau de déplacement correspondant à un stade lésionnel.

  La classification de Rockwood

Rockwood 1

Stade 1: étirement du ligament acromio-claviculaire – Stade 2: déchirure du ligament acromio-claviculaire – Stade 3: déchirure du ligament acromio-claviculaire et des ligaments coraco-claviculaire

Rockwood 2

Stade 4: stade 3 + luxation postérieure de la clavicule à travers le trapèze – Stade 5: stade 3 + désinsertion trapèze et deltoïde – Stade 6: stade 3 + luxation de la clavicule sous la coracoïde

 

  Le traitement médical

Il permet la prise en charge de la douleur mais il ne corrigera en aucun cas la déformation (saillie de la clavicule sous la peau).

Des antalgiques seront prescrit par votre médecin, avec adjonction éventuelle d’anti inflammatoire. Le port d’une attelle est souvent nécessaire; cette dernière permet de maintenir votre membre supérieur. En effet, le poids de l’ensemble du membre majore les douleurs. Cette attelle est à maintenir en fonction des douleurs pendant 15 jours. Il est possible de l’enlever lorsque vous êtes assis ou allongé.

StrappingLe « strapping » de la clavicule s’appuit sur la théorie qu’il est possible de réduire la disjonction en tractant  la clavicule vers le bas. Cependant ce dernier n’est pas logique puisque ce n’est pas la clavicule qui est ascensionnée mais la tête de l’humérus qui est abaissée. Il n’est pas non plus possible grâce à un simple stripping de soulever le poids de l’ensemble du membre supérieur.

De plus, ce traitement présente de nombreux inconvénients: il est agressif pour la peau, il peut entrainer des compressions du creux axillaire, il se détend très rapidement.

 

   Le traitement chirurgical

Le principe du traitement chirurgical est de restaurer l’anatomie. Il faut pour cela réduire la clavicule puis la stabiliser pour éviter qu’elle ne se déplace à nouveau. Il existe de nombreuses techniques réalisées en chirurgie conventionnelle (à ciel ouvert) ou par technique arthroscopique. Il n’existe pas une technique en particulier qui ait pu faire la preuve de sa supériorité. Le choix du traitement chirurgical dépend généralement de l’expérience du chirurgien.

1) Le brochage acromio claviculaire:

CHAVIGNAT LUDOVIC (7) DAC2

Dans l’exemple ci-dessus, une réparation de la chappe delto-trapézienne a été réalisée avec stabilisation par brochage acromio-claviculaire. Les broches seront enlevées 6 à 8 semaines après la première intervention.

2) Ligament artificiel:

exemple LARS

Dans l’exemple ci-dessus, un ligament artificiel a été utilisé pour maintenir la clavicule, une fois la réduction réalisée.

tightrope1 tightrope2

DSC01299

Ci-dessus, un autre exemple de système de stabilisation :  un « endo-bouton »

Suites opératoires

Dans les suites de l’intervention, une écharpe coude au corps est laissée pendant 6 semaines. Une rééducation douce peut être proposée sauf si des broches temporaires ont été mises en place. A moyen et long terme, le résultat clinique est habituellement satisfaisant permettant de reprendre les activités sportives. Il existe toutefois un risque d’arthrose acromio-claviculaire à long terme.